Ce que les profils / annonces sur les sites de rencontres disent sur notre vision du vieillissement

Marc Agronin (@MarcAgronin) est un psychiatre gériatrique au Jewish Health de Miami. Il est auteur du livre « The End of Old Age : Living a Longer, More Purposeful Life ».

Les rencontres en ligne sont de plus en plus populaire parmi les célibataires divorcés de 50 ans ou plus.

Tous les principaux sites de rencontre s’adressent à ce groupe d’âge, il existe des sites de rencontres dédiés aux rencontres séniors et l’utilisation de ces services a doublé depuis 2013, passant de 6% à 12% selon le Pew Research Center.

Et la façon dont ces personnes se décrivent sur leur profil de rencontre en dit long sur la façon dont nous nous percevons plus tard dans la vie.

Ce phénomène nous montre que la recherche de l’amour se poursuit sans relâche avec l’âge, bien qu’il y ait des différences dans la façon dont nous nous décrivons au fil du temps.

Par exemple, une étude récente menée par les chercheurs en vieillissement Eden Davis et Karen Fingerman de l’Université du Texas à Austin a examiné 4 000 profils de personnes âgées de 18 à 95 ans provenant de deux grands services de rencontres en ligne.

A l’aide d’une analyse des choix de mots dans ces profils, Davis et Fingerman ont découvert que :

  • Les plus jeunes avaient tendance à utiliser davantage de pronoms singuliers à la première personne (« je », « moi » et « mon »), de parler de leur travail, de leurs réalisations ou même de certaines émotions négatives.
  • Les personnes plus âgés utilisaient davantage de pronoms pluriels à la première personne (« nous », « nous » et « nos ») et mettaient l’accent sur les relations avec les autres ainsi que sur les émotions positives.

Ces résultats viennent étayer plusieurs hypothèses clés au sujet du vieillissement, à savoir que les personnes âgées accordent la priorité aux liens sociaux, à une bonne santé et à des expériences émotionnelles positives.

Les études Pew et Davis-Fingerman nous montrent que le vieillissement n’est pas un obstacle à la recherche d’une relation amoureuse et que les jeunes adultes et les personnes âgées partagent bon nombre des mêmes buts et de façons de se présenter à des partenaires potentiels.

Même très vieux, souligne Fingerman, gérontologue lui aussi, « les gens partagent les mêmes idées sur ce qui les rend attirants. »

Des mots qui mettent l’accent sur le fait d’être « sympathique » et « aimable » ont été repérés dans tous les profils, des plus jeunes aux plus âgés. Les deux groupes ont cherché à mettre en valeur leurs qualités attrayantes en quête de romance et de sexe.

Les présentations de célibataires plus âgés suggèrent qu’ils sont très satisfaits de leurs relations sociales existantes, mais qu’ils espèrent les élargir.

Pour Fingerman :

  • Les célibataires plus jeunes espèrent qu’un premier partenaire sérieux qui comblera un vide affectif et à construire.
  • Et les célibataires plus anciens cherchent quant à eux un nouveau partenaire. Par conséquent, leurs profils utilisent davantage de pronoms « nous » qui mettent l’accent sur les amis et la famille.

De telles représentations montrent que la quarantaine et la cinquantaine sont des moments dynamiques, en contraste flagrant avec les craintes de vieillir …

Les profils des cinquantenaires présents sur les sites de rencontre nous montrent que le vieillissement apporte des avantages : moins de dépendance au travail, à la réussite, à l’estime de soi.

Ces cinquantenaires parlent de reconstruire une nouvelle vie sur des bases positives …

Les résultats de l’étude Davis-Fingerman devraient donc donner un coup de pouce à toutes les personnes divorcées qui envisagent d’utiliser un site pour faire de nouvelles rencontres.

Annexes :

Le nombre de personnes de plus de 50 ans inscrites sur un site de rencontre a doublé par rapport à 2010

Le site de rencontre eharmony a interrogé 1 800 personnes âgées de plus de 50 ans.

Il en ressort que le nombre de personnes inscrites sur un site de rencontre a doublé depuis 2010, passant de 8% à 16%.

Cette augmentation est en partie liée à une hausse parallèle du nombre de divorces.

Les données coïncident avec les nouvelles statistiques de l’ONS.

En moyenne, la durée de vie des couples est de 12 ans.

Les recherches de l’ONS ont également révélé que 22 % des personnes âgées de plus de 50 ans mettaient en moyenne deux ans ou plus avant de chercher un nouveau partenaire.

La recherche de l’ONS a révélé qu’en 2016, le nombre de divorces entre couples de sexe opposé en Angleterre et au Pays de Galles a augmenté de 5,8 % par rapport à 2015 pour atteindre 106 959.

En ce qui concerne l’âge auquel les couples de sexe opposé divorçaient en 2016, la moyenne d’âge était de 46,1 ans pour les hommes et de 43,7 ans pour les femmes.

L’âge moyen du divorce a augmenté d’une année sur l’autre depuis 1985.

Ce que les profils / annonces sur les sites de rencontres disent sur notre vision du vieillissement
Voter pour ce site

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *